Quel médecin consulter en cas de mal de dos ? Réponse et conseils

Le premier réflexe à avoir lorsqu’on a mal au dos est d’aller voir son médecin généraliste pour en savoir plus. Ensuite, en fonction du diagnostic établi par ce dernier, il peut être indispensable d’aller voir un spécialiste du dos. Il en existe plusieurs, et chacun traite le mal de dos d’une manière spécifique, en fonction de l’origine du mal et des organes ou des parties du corps qui sont atteintes.

Médecin du dos : quand voir un psychologue ?

Il peut arriver que le médecin généraliste oriente son patient vers un psychologue ou un psychothérapeute pour traiter son mal de dos. Dans ce cas, cela signifie que le patient n’a aucun problème physique, mais que son mal provient d’un problème psychologique, tel que le stress, l’angoisse ou l’anxiété chronique.

Voir un rhumatologue pour soulager sa dorsalgie

Le rhumatologue est spécialisé dans le traitement des troubles articulaires et osseux. Le médecin généraliste va orienter son patient vers ce spécialiste du dos dans le cas où celui-ci souffre d’une dorsalgie persistante ou chronique, qui ne parvient pas à disparaître avec les antalgiques. Le rhumatologue va procéder à l’établissement d’un diagnostic plus poussé, et si le mal de dos est véritablement d’origine articulaire ou osseuse, il pourra proposer la prise en charge adaptée au cas de son patient.

Voir un kinésithérapeute pour soulager sa lombalgie

Le kinésithérapeute est un spécialiste de la rééducation musculaire au travers de massages et d’exercices permettant d’adopter les bonnes postures. Si la douleur du dos n’affecte que les muscles sans lésions graves, le kinésithérapeute peut intervenir et aider à soulager, puis à faire disparaître la maladie. Une prise en charge chez un tel médecin spécialiste du dos peut être prescrite pour une lombalgie de quelques jours, ou qui a dure depuis environ 4 à 12 semaines.
Les personnes qui préfèrent les traitements de la médecine douce ou chinoise peuvent également aller voir, en plus du kinésithérapeute ou en substitution, un acupuncteur ou un ostéopathe.

Voir un neurologue pour un mal de dos mécanique

Si le mal de dos est d’origine mécanique ou bien est la conséquence d’un dysfonctionnement du système nerveux, il faut absolument voir un neurologue. Spécialiste des troubles de la moelle épinière, de certains troubles musculaires et même cérébraux, il peut, au travers de son diagnostic, déterminer la source réelle du mal et apporter un bon traitement. C’est le médecin du dos à voir en cas de sciatique.

Un spécialiste du dos peu connu : le chiropraticien

Le chiropraticien est un médecin du mal de dos qui intervient quand la source du trouble est liée à la colonne vertébrale. Par des massages et des exercices précis, il agit sur la colonne vertébrale pour traiter le mal. Tout comme le kinésithérapeute ou le rhumatologue, il peut intervenir en cas de dorsalgie ou de lombalgie.

Faire des examens auprès d’un radiologue

Le radiologue fait partie des médecins du dos que l’on peut rencontrer durant le processus de traitement de son mal. Il n’offre pas un traitement à proprement parler, mais il est celui qui a la lourde charge d’effectuer des IRM afin que les autres spécialistes comme le rhumatologue et le neurologue puissent établir efficacement leurs diagnostics.

Mal de dos : le processus de prise en charge

En cas de problème de dos, on doit patienter entre 48 heures et 72 heures avant de consulter le spécialiste du dos, si la douleur n’est pas handicapante. Car en général, elle se résorbe au cours de ce délai. Si elle est insupportable, le médecin peut prescrire des antalgiques et des pommades à appliquer pour soulager la personne atteinte.

Mais dans le cas où la douleur est handicapante, fait abondamment souffrir ou revient brutalement sous quelques jours, il faut absolument prendre rendez-vous chez le généraliste. Il faudra lui décrire aussi précisément que possible la douleur ressentie, sa localisation et aussi les conditions dans lesquelles elle est survenue. Il va sur la base de ces informations établir un premier diagnostic, proposer un traitement provisoire, et si nécessaire, orienter vers un spécialiste du dos.