Discopathie : causes, symptômes, précautions et traitement

Le terme de discopathie désigne toutes les maladies ou les problèmes qui touchent les disques intervertébraux. Ces disques relient en effet les vertèbres et la colonne vertébrale, et ils peuvent être affectés par divers types de dysfonctionnements. Pour une bonne prise en charge, il faut déjà que le médecin traitant puisse déterminer de quel type il s’agit, puis prescrire des médicaments ou des séances avec un spécialiste.

Les différents types de l’affection

On distingue jusqu’à 3 grandes variantes de discopathie : celle dégénérative ou arthrose de la colonne vertébrale, la spondylodiscite infectieuse et enfin les rhumatismes inflammatoires.

Discopathie dégénérative ou arthrose

Comme son nom l’indique, cette maladie est liée à l’usure des disques intervertébraux, due à l’effort fourni par le patient au cours de sa vie, ou simplement à la vieillesse. Mais il peut arriver que cette arthrose de la colonne vertébrale apparaisse très tôt, dès l’âge de la trentaine.
À force d’être sollicités et usés, les disques ne se régénèrent plus, et ils tendent même à s’amincir, ne jouant plus convenablement leurs rôles.

La personne atteinte se met alors à ressentir des douleurs dorsales, comme dans le cas d’un lumbago ou d’une lombalgie. Pour cette catégorie de discopathie, les douleurs peuvent aussi être localisées au niveau de la nuque, dans la portion supérieure du dos.

Spondylodiscite infectieuse

Cette maladie apparaît :

  • Quand les vertèbres et les disques intervertébraux sont infectés par un germe provenant d’une autre maladie du corps (infection dentaire ou urinaire par exemple),
  • Quand le système immunitaire de la personne atteinte est fragilisé,
  • Quand les vertèbres ou les disques sont infectés à la suite d’une opération chirurgicale.

Dans tous les cas de figure, le malade ressent une vive douleur à la colonne et dans les régions environnantes, et éprouve également une forte fièvre. C’est cette fièvre qui sera un indice révélateur de discopathie et qui aidera le médecin traitant à établir le bon diagnostic, bien évidemment, après des examens complémentaires.

Rhumatismes inflammatoires

On parle de rhumatismes inflammatoires ou d’arthrites lorsque les articulations subissent une inflammation. Dans le cas particulier des vertèbres et du bassin, on parle de spondylarthrite ankylosante. La maladie peut se manifester à n’importe quel âge entre 15 ans et la quarantaine, mais il ne s’agit pas, comme dans le cas de l’arthrose, d’une maladie dégénérative. Le malade va souffrir de douleur au dos, se réveiller parfois en pleine nuit, avoir une sensation d’obstruction ou de compression à la poitrine, etc.

La prise en charge de la maladie

La prise en charge varie bien sûr en fonction du type de discopathie dont souffre le patient.

Solutions pour l’arthrose de la colonne

Malheureusement, il n’existe pas de traitement curatif et définitif pour l’arthrose de la colonne vertébrale. Quand le médecin parvient à déterminer qu’il s’agit de cette maladie, il ne peut que prescrire des soins chez le kinésithérapeute pour maintenir en bon état les muscles et les articulations autour de la région atteinte, ainsi que des traitements palliatifs pour soulager la douleur. Mais il n’y a rien qui soit possible pour rompre avec le mal, car il s’agit de l’usure normale de l’organisme.

Traitement pour la spondyliscite infectieuse

La discopathie est curable quand elle est d’origine infectieuse. Il suffit au médecin d’effectuer un bilan sanguin et quelques analyses pour reconnaître le germe responsable du mal. Il est toujours indispensable d’hospitaliser le patient, afin d’être certain que le germe responsable de sa maladie est effectivement détruit. Ensuite, à sa sortie d’hôpital, le kinésithérapeute peut l’aider au travers de séances de massages et d’exercices pour la rééducation.

Solutions pour les rhumatismes inflammatoires

Dans ce cas également, il n’existe aucun traitement définitif. Par contre, le spécialiste en charge du patient va absolument prescrire la prise d’anti-inflammatoires pour atténuer la douleur. Là encore, le kinésithérapeute sera sollicité pour permettre une meilleure mobilité et soulager les muscles et articulations. Si le mal ne disparaît pas, le médecin peut exiger une prise en charge plus globale visant à empêcher des complications comme la diminution des fonctions de défense immunitaire de l’organisme.

Que retenir sur la discopathie ?

En premier lieu, il s’agit d’un mal à plusieurs facettes. Il peut être d’origine infectieuse, être dû à une inflammation, à la vieillesse ou à l’usure. Dans tous les cas, elle affecte les vertèbres et/ou les disques intervertébraux. Un traitement radical et curatif est possible dans le cas d’une infection microbienne, mais pour l’inflammation, la vieillesse ou l’usure, le traitement sera seulement palliatif.

Aux patients, il est recommandé de consulter un médecin, généraliste ou spécialisé dès qu’une douleur au dos, à la nuque ou au bassin se manifeste. Si elle est en plus accompagnée de fièvre, il faut se rendre au plus vite à l’hôpital pour effectuer les examens nécessaires et être soigné convenablement. Il est également important de respecter les rendez-vous avec le kinésithérapeute, car c’est la seule manière de conserver un peu de mobilité et de ne pas trop souffrir de la discopathie.